Le renouveau des radios pirates

new-york-pirate-radio-titleDans les années 1960, l’Europe devient le théâtre d’un spectacle surprenant. Des particuliers décident, pour diverses raisons, de créer leurs propres stations de radio. Le phénomène prend le nom de “radios pirates” du fait que ces radios émettaient sur des ondes moyennes, sans autorisations particulières des gouvernements en place. Plus tard, lorsque ces radios sont parties siéger sur des bateaux dans les eaux internationales, le terme pirate a commencé à faire référence à leur demeure marine.

Mais, face aux difficultés d’approvisionnement, et à la rigueur de la vie en mer, ces nombreuses radios ont fini par succomber. Seulement voilà, avec l’avènement d’internet, le phénomène semble avoir repris du poil de la bête. Et de nombreuses radios pirates ont vu le jour, cette fois sur la toile, et loin des caprices de la mer.

Des entreprises ou organismes qui opèrent clandestinement sans autorisation légale, ça n’a rien de nouveau. Dans bien des cas, de telles pratiques représenteraient un risque réel pour les populations. Ce n’est pas pour rien qu’un médecin ou qu’un enseignant doit avoir une autorisation de l’État avant d’ouvrir une clinique privée ou une école. Il en va de même des casinos illégaux. Il suffit de prendre l’exemple d’un tripot clandestin ou d’un site d’argent illégal pour comprendre les risques que de telles pratiques représentent. Et vous n’aurez pas de moyen de recours contrairement à des sites respectables comme freespinsgratuits.be. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’en fréquentant de tels sites, vous risquez de perdre vos mises sans jamais faire le moindre gain.

Dans le cas des radios pirates sur internet, la menace peut sembler moins grande. En effet, vous ne payez pas pour accéder à ces stations et vous pouvez mettre un terme à la diffusion à tout moment. Cela dit, il existe des risques pour la sécurité lorsqu’on sait que de telles stations peuvent être à l’origine d’immenses campagnes de désinformation, et peuvent susciter des paniques générales.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *